dimanche 25 juillet 2021

En plein été, pas de répit pour les garants de la tranquillité publique !


Qu'il s'agisse des manifestations contre le vaccin de la Covid-19 ou contre l'installation du pass sanitaire, les motifs d'être mécontents contre nos gouvernants ne manquent pas pour certains de nos concitoyens. En revanche ce qu'il manque aux plus radicaux présents dans les cortèges, ceux de ce samedi 24 juillet ne dérogeant pas à la règle, c'est une étincelle d'intelligence dont l'absence ne fait que les confirmer dans le rôle d'abrutis dangereux pour la Société qui ne viennent que pour casser, agresser, violenter, peut-être dans l'espoir de tuer pour certains d'entre eux, et dans celui de renverser les institutions pour d'autres, plus politisés 

Nantes © Photo PO-Olivier Lanrivain/ Presse Océan

On évitera d'évoquer également les manifestants les plus outranciers dans la communication qui n'hésitent pas à porter une étoile jaune, ou un ausweis (laissez-passer de la 2nde guerre) soulignant ainsi leur stigmatisation annoncée par les nouvelles mesures sanitaires ! Attitude qui n'a pas franchement été appréciée par les victimes du nazisme il y a 80 ans, choquées par un tel raccourci pris par certains pour promouvoir leurs idéaux et convictions par le buzz !





Ce dimanche soir à Bonneuil-sur-Marne (94), illustrant ce qu'il se passe quotidiennement dans de nombreuses villes de la France, métropolitaine ou pas, ce sont trois de nos collègues de la BAC de Créteil (94) appelés pour mettre fin à un rodéo urbain qui ont été attaqués délibérément aux mortiers d'artifice alors qu'ils étaient à bord de leur véhicule de patrouille. Un collègue est victime de brûlures du deuxième degré au bas du dos et les deux autres plus légèrement aux tympans. Si sortir du véhicule en proie aux flammes était une évidence pour nos camarades; on ne peut s'empêcher de se remémorer les évènements de Viry-Châtillon (91) à l'automne 2016; une fois à l'extérieur, le danger n'était pourtant pas écarté avec des agresseurs toujours prêts à en découdre avec leurs engins incendiaires. De nouvelles salves de mortiers les contraindront à faire demi-tour pour se réfugier dans leur véhicule, heureusement, des renforts ne tarderont pas à arriver en soutien sur les lieux

le véhicule de la BAC 94 incendié
 
le siège du conducteur



Dans toutes ces situations, nos collègues des différentes directions mais évidemment prioritairement ceux sur le terrain, face à de tels olibrius, sont particulièrement sollicités et doivent faire preuve d'une vigilance accrue pour d'une part se protéger et d'autre part ne céder ni à la violence ni à la provocation ! Facile à dire ne nous le cachons pas ! Plonger dans un environnement pareil et conserver sa lucidité jusqu'au terme de la mission n'est pas chose aisée, les experts du maintien de l'ordre comme de la sécurisation de nos banlieues qui s'agitent sur les réseaux sociaux depuis leur canapé ne s'imaginent même pas !!


Nous sommes, comme à l'accoutumée, souvent les premières victimes, prises entre l'étau des politiques gouvernementales d'un coté de la mâchoire et les réactions de nos concitoyens de l'autre, dans l'attente d'une réponse pénale rapide et efficace et d'une position affirmée en ce qui concerne cette délinquance ultra violente et banalisée ! Des conclusions d'un Beauvau de la Sécurité qui peinent à sortir mais dont on se demande sincèrement ce que l'on peut en espérer tant l'initiative survient tardivement après l'accession au pouvoir de l'actuelle majorité et bien opportunément, à quelques mois d'importantes échéances électorales (présidentielles et législatives) !! 

A ce rythme, il n'est pas interdit de supposer que l'un(e) des nôtres et la famille des forces de la sécurité intérieure, connaîtront le deuil...


"POLICIER POUR PROTEGER ET SERVIR, PAS POUR MOURIR" 



L'un des cortèges parisiens le 24 juillet 2021