vendredi 5 mars 2021

Présomption d'innocence vs manipulation racialiste

 

La page facebook "Citoyen Solidaire" notamment à l'origine du compteur de la honte (recensement des suicides parmi le personnel des forces de la sécurité intérieure), n'hésite jamais à partager et à initier des actions à portée sociale, en cela elle n'a pas usurpé son nom ! Il arrive également que certains faits, certaines déclarations ou certaines décisions la choquent et la fassent réagir objectivement, dans l'intérêt de la Société et de ses Citoyens (*)      

Après la condamnation d'Assa TRAORE le 26 février 2021 pour "atteinte à la présomption d'innocence", cette dernière doit verser 4000 euros aux gendarmes, procéder à la suppression de deux messages incriminés et faire mention de la décision de justice durant 15 jours sur son compte facebook. A l'annonce du jugement, le clan TRAORE joue à nouveau la provocation en réitérant, mais de manière plus pernicieuse, la culpabilité de nos trois camarades...

"Citoyen Solidaire" a donc entrepris de créer une image, un logo, une rondache citoyenne en quelque sorte que chacun peut copier, publier, utiliser, partager à volonté puisqu'elle est libre de droits nous précise-t-il... afin de fédérer autour du soutien à nos camarades gendarmes livrés à la vindicte racialiste du clan Traore et de ses sympathisants !


La "Présomption d'Innocence" est affirmée par l'article 9 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 (auquel fait référence le préambule de la constitution actuelle et a donc une valeur constitutionnelle) :
« Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable... »

Il est décliné dans l'article préliminaire du code de procédure pénale :
« Toute personne suspectée ou poursuivie est présumée innocente tant que sa culpabilité n'a pas été établie. Les atteintes à sa présomption d'innocence sont prévenues, réparées et réprimées dans les conditions prévues par la loi. »

Malheureusement, le 26 août 1789, la famille Traoré n’était pas en France et donc ne connaît pas ce principe fondamental de la constitution française

Condamnée par la cour d’appel, l’égérie du comité de soutien qui prétend vouloir faire la vérité sur le décès de son frère en 2016 persiste dans son déni du droit français en publiant par l'intermédiaire de son comité, en totale infraction au jugement qui la condamne, le nom des trois gendarmes qui ont procédé à l’interpellation de son frère

Est-il nécessaire pour ceux qui vivent dans notre pays de préciser que les tribunaux sont les seuls à pouvoir juger et condamner ?

La loi du talion, œil pour œil, dent pour dent n’a pas sa place dans un pays démocratique et que jeter en pâture à la vindicte populaire raciste et "anti-flic" le nom de 3 militaires français est une insulte à notre système judiciaire et ne doit pas être toléré

Nous demandons à Monsieur le Premier ministre, au ministre d’état, ministre de la Justice, d’exiger la fermeture immédiate de la page qui se moque ouvertement de notre constitution et que des poursuites soit engagées contre le signataire de ce pamphlet, le comité Adama pour atteinte à la présomption d’innocence

Nous demandons également qu’avant sa fermeture, le jugement en appel soit publié dans son intégralité

Nous renouvelons bien entendu notre total soutien à ces trois braves
Force doit rester à la loi


(*) On rappellera ici que la page n'est pas administrée par un membre des Forces de l'Ordre mais par un Citoyen qui se sent instinctivement Solidaire !!