samedi 16 janvier 2021

L'association Hors Service est-elle Hors Sujet ?


Avec près d'un million et demi d'associations, la France est une belle vitrine de ce que le bénévolat peut apporter au milieu sportif, culturel, social, professionnel... L'UPNI est d'ailleurs l'une d'entre elles et fait plus particulièrement partie des 12% qui sont plutôt tournées vers la défense de causes, en l'occurence, celle des agents du ministère de l'intérieur

Nous ne sommes bien évidemment pas la seule à partager un tel objet et notre blog s'emploie à recenser celles parmi les plus significatives dans sa rubrique "Associations/Collectfs". Notre intérêt commun qui est également celui de nos concitoyens, est d'une part de favoriser les conditions à l'émergence d'une POLICE qui soit épanouie pour demeurer efficace et professionnelle, et d'autre part de soutenir et d'accompagner celles et ceux dans nos rangs, confrontés au deuil, à la souffrance, à la difficulté

C'est dans cet esprit que nos collègues de l'association Hors Service ont présenté en janvier 2019 leur projet de création de Centres de Récupération Post Interventions (C.R.P.I.). Un projet généreux, ambitieux et altruiste que ces collègues, eux-mêmes victimes au cours de leur carrière, destinent aux écorchés des interventions, aux agents qui, ne voyant pas de perspective positive à leur souffrance, choisissent d'en finir. Comme dans toute entreprise, il arrive parfois que les bonnes idées fassent naître la jalousie, la rivalité et que la seule réponse apportée à une initiative, si belle soit-elle, soit le mépris et l'immobilisme... Dommage car en cette année 2019, les suicides dans notre corporation vont pleuvoir, atteignant la soixantaine uniquement pour la PN !! A notre niveau, nous pensons que si le projet n'était pas viable, une audience auprès des instances concernées suffisait à expliquer ce qui faisait défaut ou au pire ce qui empêchait la concrétisation d'un tel projet... Quel gâchis jusqu'ici !


Le sujet de la discorde :

ll y a quelques semaines, devant un énième déferlement de rage de la part de certains individus présents dans les manifestations uniquement pour apporter leur haine et leur violence notament à l'adresse des forces de l'ordre constituant le dispositif de sécurité, l'Association (Tous) "Hors Service" publiait sur Facebook un message qui alerta une partie de la communauté des internautes ainsi que les médias, toujours intéressés pour faire le buzz et nous adresser au passage un rappel des règles de déontologie, rappel que certain(e)s pourraient appliquer à leur propre discipline professionnelle...

Publication incriminée

De quoi s'agissait-il exactement ? 

> Pour ceux qui voulaient organiser le scandale, ils ont entendu ni plus ni moins qu'un appel au meurtre se traduisant par un encouragement des forces de l'ordre à faire usage de leur arme létale sur la foule

> Pour tous les policiers, Hors Service lançait un message fort de mise en garde à la seule destination de ces criminels qui n'hésitent jamais à incendier, piller et violenter durant ces journées qu'ils considèrent comme festives

Une mise en garde utile quand on constate l'escalade de la violence, les images d'individus armés de barre de fer, de poteau métallique, d'engins artisanaux dont l'usage ne poursuit qu'un but,"se faire du flic" ! Ces mis en cause n'ayant aucune espèce de considération, aucun respect pour la personne humaine que représente le policier, n'hésiteront pas une seule seconde à frapper leur talon sur sa tête au sol si l'opportunité leur en est donnée 


Pourquoi un message si fort lancé par Hors Service ?

Quand on a compris que nos collègues n'incitaient pas inconsidérément les forces engagées au maintien de l'ordre public à faire usage de leur arme sur la foule de manifestants mais qu'ils rappelaient que mettre en danger la vie de policiers ou de citoyens peut amener à en subir les conséquences, on a rappelé les bases de la démocratie et de son expression.

Nous pourrions en écrire cinquante pages mais nous préférons résumer en deux questions essentielles : 

Les Forces de la Sécurité Intérieure peuvent-elles et doivent-elles continuer de subir de tels agissements de la part d'une frange radicale ? 

Quelle réponse est apportée par notre ministère de tutelle face à ses situations ?  


La publication Facebook du Président de l'association Hors Service au soir du vendredi 15 janvier 2021 qui a motivé notre réaction :



Pourquoi une riposte si implacable vis à vis de Hors Service de la part du ministère ? 

Officiellement garant de l'ordre républicain et du respect des règles de la déontologie de ses agents, l'Intérieur doit montrer l'exemplarité, quitte à faire preuve d'une grande sévérité dans le traitement des affaires. Il ne fait en cela que suivre un mouvement commun à tous les ministères, à mi-chemin entre la démagogie et le politiquement correct. N'oublions pas que l'association Hors Service ne ménage pas ces propos sur les réseaux et qu'elle constitue naturellement un caillou dans la chaussure d'un gouvernement en marche pour 2022...


La conclusion que nous partageons avec une adhérente issue de la corportaion policière :

Dans l'exercice quotidien de nos missions, qu'elles s'éxécutent sur la voie publique, dans les services qui accueillent du public ou ceux en charge de l'investigation, les occasions de traverser des moments de stress, de danger, d'angoisse... ne sont malheureusement pas rares. Cependant lorsque ces situations ont pour origine notre propre Administration nous avons le droit de nous poser quelques questions...

Ce que chaque agent considère comme un rouleau compresseur, capable de broyer quiconque se trouvant sur son passage, oublie souvent qu'il ne s'agit pas d'une entité abstraite mais bien d'un organe administratif composé de personnes physiques jusqu’à son sommet. Alors comment ces êtres humains peuvent ils se montrer aussi sourds face à la souffrance des autres ? Au nom de quel Système ? De quels Intérêts ? Serait-ce par pur Égoïsme ? Comment Peuvent ils ? Comment Osent-ils ? 

Comme si ce n'était pas déjà assez traumatisant, certains cherchent à écraser ceux qui les gênent.. intimidation... convocation igpn.. expertise médicale abusive... Notre collègue de l'association Hors Service semble avoir eu sa dose de drame. Au lieu de venir remplir la liste de ceux qui ont fait le choix de nous quitter, il a décidé de se battre pour s’en sortir et pour aider les autres. Au lieu de le soutenir et de l'accompagner dans ce combat si noble, l'Administration se montre sourde et tente de le discréditer, de le faire disparaître. Alors oui peut être que ses paroles pouvaient prêter à confusion, qu’elles pouvaient être mal interprétées, mais que nous reste-t-il lorsque nous ne sommes pas entendus ? Lorsque nous sommes insignifiants pour certains ? Les cris ? Les mots ? Une forme de frustration qui peut pousser parfois à la colère et la violence... 

Alors nous on leur dit « Courage les gars ! Certains rouages de cette Administration vous soutiennent, vous n'êtes pas transparents, on vous entend ! »

Force et Honneur !