samedi 5 décembre 2020

Macron, "Brut" de décoffrage

Après son interview à destination d'un public jeune via le média digital "Brut" (7 millions de vues sur les réseaux sociaux et 6 millions via sa retransmission sur les chaînes d'info), le Président de la République a tenu des propos et émis des propositions qui ne peuvent qu'accentuer la difficulté des policiers engagés sur la voie publique

S'agissant des mesures, la mise en place à partir de janvier d'un grand sondage sur une plateforme numérique pour dénoncer toutes les discriminations (contrôles, logement, emploi). Une plateforme de signalement et un numéro d'appel spécifiquement destinés aux seuls contrôles abusifs seront également mis en place

Ménageant tantôt les forces de l'ordre et cédant tout aussitôt à des réflexes démagogiques, quelques phrases ne sont pas passées inaperçues : «[contrôle faciès] C'est vrai qu'aujourd'hui, quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlés... [violences policières] Je peux vous dire qu'il y a des violences policières si cela vous fait plaisir....[affaire Zecler] Ce qui nous a fait honte à tous, c'est que les policiers ne soient pas exemplaires […]. Il n'y a rien qui l'excuse et le justifie. La justice s'est saisie..." 

Faut-il à ce point méconnaître le travail des policiers pour vouloir si facilement céder aux sirènes de la démagogie en abandonnant les forces de la sécurité intérieure au milieu d'un champs d'incompréhension ? 

Déjà suffisamment confrontés aux difficultés d'exercer sur le terrain, nous avons besoin d'une politique claire et affirmée qui ne faillisse pas au moindre contrôle qui dégénère. Avec 3 millions d'interventions annuelles, ça va être compliqué de motiver les agents à prendre des risques supplémentaires à ceux que nous connaissons habituellement s'il nous faut être l'objet de la suspicion constante de la légitimité de notre action...

Peut être d'autres s'en chargeront-ils... ?