mercredi 25 novembre 2020

Forces de Sécurité Intérieure, Ensemble !

 Notre publication Facebook est ici  ou sinon découvrez l'article ici-même :



Dans une publication intitulée « Et si le vrai courage politique... » datée de ce dimanche 22 novembre, l’association Gendxxi (une Association Professionnelle Nationale des Militaires), se propose de faire l’éloge de la Gendarmerie Nationale par le biais du Livre Blanc de la Sécurité Intérieure récemment dévoilé par le ministère de l’Intérieur, qui l’en blâmerait ?



A sa lecture, force est de constater la mauvaise surprise de l’article qui ne se construit que par un développement provocant, par une comparaison partiale et blessante avec la maison d’en face, celle de la Police Nationale. Les écrits de l’association n’hésitent pas un seul instant à faire montre d’une étourdissante humilité, nous citons en français dans le texte :

« Contrairement à celle de la Police Nationale, l’organisation actuelle de la gendarmerie permet, dès à présent, de répondre aux critères proposés dans le LBSI :…  ». Il s’ensuit évidemment toute une liste de missions que cette association se propose de gérer en lieu et place de sa consœur. Enfin, pas elle non, mais ses (nos) pauvres camarades gendarmes de terrain déjà suffisamment sollicités au quotidien par les différentes missions tant de police générale que de maintien ou de rétablissement de l’ordre public.


Bien sûr, comme pour cimenter le lectorat autour de son violent pic, l’association n’hésite pas non plus à désigner le mouton noir à l’origine de cette surcharge des gendarmes... Vous avez deviné ?


En effet, la Police Nationale est bien la brebis galeuse puisque toujours selon Gendxxi, pour permettre à ses effectifs de partir en week-end ou en repos, la PN se déchargerait sur ses collègues de la Gendarmerie Nationale. Nous citons à nouveau :

« La gendarmerie n’a pas vocation à renforcer continuellement la police au détriment de ses propres zones et de la fatigue de ses propres personnels. » et pour enfoncer davantage le clou, de préciser : « Le renfort, naturel en cas de crise, est devenu un renfort de confort au détriment de la vie de famille et des conditions de travail des gendarmes. »


Quelle peut bien être la réaction de nos camarades gendarmes en lisant les lignes assassines de la publication de Gendxxi ?

Non seulement ils ne peuvent que se sentir gravement et régulièrement pénalisés mais ils en connaissent l’origine, toute tricotée depuis les salons feutrés de cette APNM !


Nous pensons que la publication incriminée ne poursuit qu’un objectif, OPPOSER gendarmes et policiers, ceux-ci passant pour les vilains canards de la fable tandis que, selon les espérances affichées par l’association, l’institution GN n’attendrait que son heure pour démontrer qu’elle peut briller là où les autres ont échoué ! La désorganisation de l’archaïque PN est décrite de telle sorte qu’il serait temps de (vous) confier sa gestion des grandes métropoles !

Mais qui poursuit cette curieuse ambition, vous-même le conseil d’administration de Gendxxi ?

Des galonnés en embuscade dans les différents état-majors ?

Pensez-vous sincèrement que les effectifs de la gendarmerie affectés en brigade qui font déjà montre d’abnégations (usant de leur propre matériel pour travailler, offrant leur entière disponibilité à leurs concitoyens) comme les effectifs affectés en escadron (si souvent et si longtemps éloignés de leur famille), vous suivent sur le chemin de cette étrange convoitise ?


Nous ne voulons pas donner du crédit à ce que nous considérons comme une provocation car dans nos rangs aussi parfois les déclarations des uns ou des autres ne sont pas toujours empreintes de sagesse et de professionnalisme. Il est cependant hors de question de se faire ainsi malmener sans apporter la réponse du personnel de terrain !

Nous considérons que si les combats sur les conditions de travail jettent dans la rue des milliers de policiers sur l’ensemble du territoire, nous sommes heureux que les avancées obtenues, si minimes soient-elles, servent également nos camarades Gendarmes parce que nous faisons le même métier !



N’oublions pas que nous sommes confrontés aux mêmes violences, aux mêmes haineux et décérébrés qui méprisent tout de nos missions et de notre engagement fidèle et sincère à la République, aux mêmes individus interpellés et aussitôt libérés, aux mêmes incohérences et contradictions des réformes de nos politiques, nous traversons parfois ces mêmes épisodes dramatiques de collègues tués en service…

Ne pensez-vous pas que ce que nous partageons nous rassemble plus qu’il ne nous divise ?


Et si le vrai courage associatif était de ne pas œuvrer les uns CONTRE les autres mais bien les uns AVEC les autres, tous Ensemble ?



Confraternellement,

Association Union des Policiers Nationaux Indépendants