jeudi 8 octobre 2020

Un bien triste anniversaire...



L'horreur et la détermination à massacrer nos deux collègues à Herblay ne laissent aucun doute sur cette montée en puissance de la violence à l'encontre des forces de l'ordre mais pas uniquement, quidams, commerçants, chauffeurs de bus, contrôleurs, agents de sécurité... en font aussi parfois les frais

Comment peut-on s'offusquer de la généralisation du terme d'ensauvagement dès lors que les actions et les comportements des auteurs non plus rien de sociables et d'humains ? 

Pourquoi le point de vue des victimes est-il si souvent négligé voire mis en opposition à celui du mis en cause auquel les apitoiements les plus vibrants sont rendus ?


 SOUTIEN ET PENSEE POUR NOS COLLEGUES GRIEVEMENT BLESSES